Le parti pris du chorégraphe et son objectif

L’apparition du narrateur

Traditionnellement les acteurs-danseurs de kathakali ne parlent pas. Ils traduisent, par leur gestuelle et les expressions du visage, chaque mot chanté en sanskrit ou en manipravalam (combinaison de sanskrit et de malayalam) par deux chanteurs.
Cette création introduit le personnage du narrateur qui résume les épisodes nécessaires à la compréhension et annonce la scène qui suit. En ramenant la parole épique au cœur de l’espace scénique, le narrateur augmente l’intensité dramatique et l’effet cathartique.

Un langage polyphonique et universel

L’introduction d’un personnage narrateur ne réduit par pour autant la nature subtile du kathakali qui réside en cet ajustement précis du théâtre et de la danse.
Comme dans une polyphonie, la voix du narrateur vient s’ajouter au chant et à la musique des percussions indiennes : cymbales, mandalam et chenda.
Les danseurs, quant à eux, parlent la langue d’un kathakali conservé intact et authentique, que ce soit dans la précision des mudras (gestes stylisés des doigts), l’intensité des expressions du visage ou la frappe rythmique des pieds.
C’est la parfaite synchronisation de ces différentes « voix », que sont le chant, la musique, la parole épique et celle des corps, qui va pouvoir entrer en résonance avec la totalité de l’être du spectateur.

Philosophie et démarche artistique

Tout art sacré peut avoir une potentialité de portée universelle.
De par son intemporalité, l'art touche ce que l'humain a de plus profond, de plus sensible et de plus créatif.

Enraciné au sud de l'Inde, dans le terroir du Kerala, le kathakali s’est élaboré au cours de nombreux siècles à partir d’éléments traditionnels issus aussi bien de rituels que de formes d’art classique ou d’expression populaire.
C’est seulement au cours du XVIème siècle que l’ensemble de ces éléments constitutifs (danse, musique, théâtre, maquillage, costumes, etc..) furent l’objet d’une codification aussi savante que complexe.

Depuis l'enfance, Jayaprakas est immergé dans une pratique artistique quotidienne dédiée au kathakali. Cependant, tout en s'appuyant sur le répertoire du kathakali traditionnel, sa démarche actuelle cherche à rendre plus perceptibles à d’autres cultures les messages qui ont fondé cet art.